Et si les clichés étaient vrais ?


Le végétarisme est une alimentation qui suscite les clichés. Or qui dit cliché dit bien souvent grosse bêtise. Mais…et si ces clichés devenaient subitement vrais, que se passerait-il?

Cliché n°1: on ne peut pas vivre sans viande.

Environ 50% de la population indienne est végétarienne. L’Inde compte 1 milliard d’habitants. 500 millions d’habitants meurent subitement. La production de biens fabriqués avec des matières premières venant d’Inde diminue de moitié. On ne peut plus produire d’électroménager. Tous les téléviseurs tombant en panne ne peuvent être remplacés. Delarue et Oprah Winfrey sont au chômage. On ne peut plus produire de lave-linge, les gens sentent mauvais.

L’Inde est aussi le premier producteur et exportateur de médicaments génériques du monde. Cette production chute, il faut désormais acheter ses médicaments au prix fort. Le viagra devient de plus en plus rare, les vieux hommes ne peuvent plus se marier avec les jeunes filles.

Bollywood perd un acteur sur deux, les films en cours de tournage doivent s’arrêter. Certains producteurs embauchent des scénaristes hollywoodiens pour intégrer la mort de l’acteur à l’histoire.

Des millions de migrants viennent des pays voisins pour repeupler le pays et ses maisons vides, et comme dans tout les cas de déplacement de population, des tensions apparaissent.

Cliché n°2: Les végétariens sont fatigués.

Séoul, 1988: Carl Lewis, végétalien, bat son record personnel en terminant le 100 mètres en 28’19, aidé de ses béquilles. Il s’effondre sur la ligne d’arrivée victime d’un coup de fatigue typique des végétariens.

1905, Au lieu de plancher sur la théorie de la relativité, Einstein (végétarien) décide de faire une sieste. La physique moderne s’en trouve bouleversée.

1996, Atlanta. Djamel Bourras (végétarien) ayant abandonné le judo pour cause de fatigue récurrente à l’âge de douze ans, devient champion Olympique de belotte (moins fatigant).

Cliché n°3: Les végétariens sont maigres et pâles.

Bill Lewis, le père de Carl Lewis (végétalien) fiche une branlée à sa femme car il pense qu’elle l’a trompé avec un cul-blanc, et qu’en plus elle ne nourrit pas le petit.

Cliché n°4: Les carottes crient quand on les arrache.

Les cultivateurs de carottes doivent justifier du port d’un casque antibruit aux normes européennes pour éviter les blessures aux tympans dues aux hurlements stridents des carottes. L’Union Européenne propose des directives visant à réduire par diverses normes les souffrances endurées par les carottes lors de l’arrachage. Des associations de défense de la carotte se créent et organisent des actions coup-de-poing pour faire cesser les tortures faites aux carottes. Une Déclaration Internationale des Droits de la Carotte (DIDC, ou ICCR en Anglais) est adoptée.

Cliché n°5: les végétariens ont une libido peu développée.

Le love shop en bas de chez moi (végétarienne) voit ses ventes chuter et est mis en redressement judiciaire. Les Sex Shop vendent des barquettes de viande fraîche au rayon aphrodisiaque. Les criminels sexuels subissent une castration chimique à base de fruits, légumes et seitan.

Cliché n°6: La viande donne de la force.

Les cultivateurs à l’ancienne utilisent des chats pour tirer la charrue, les bœufs étant trop faibles. Les chevaux de trait sont remplacés des furets.

Cliché n°7: De tout temps et dans toutes les civilisations, les hommes ont mangé de la viande.

L’éducation nationale dépêche un comité d’experts historiens, professeurs et universitaires pour réécrire les livres d’histoire.

Cliché n°8: Les végétariens sont des extrêmistes intolérants.

Les 3 millions de végétariens français ne tolèrent plus que les autres mangent de la viande. 67 millions de personnes vivent dans la terreur et se cachent pour manger leur jambon-beurre et leur steak-frites. Certains dénoncent leur voisin pour quelques sous. Les végétariens abattent froidement tous ceux qui sont suspectés de manger de la viande. Des goulags spéciaux de rééducation par la culture des légumes sont crées.

Cliché n°9: la viande, c’est la santé!

La Sécu rembourse 100 grammes de côtes de porc par jour et par personne, le reste pouvant être pris en charge par les mutuelles. Une franchise de 1 € correspondant à la sauce est appliquée.

Les publicités pour les produits alimentaires affichent un bandeau défilant «mangez gras et salé, mangez moins de 5 fruits et légumes par jour».

Cliché n°10: Les végétariens ont des carences, pas les omnivores.

Le rayon «compléments alimentaire» des supermarchés et des pharmacies disparaît car un produit destiné à un public représentant au mieux 2% de la population n’est pas rentable. Les laboratoires fabriquant ces produits se retrouvent en grande difficulté, certains font faillite. De nombreux employés se retrouvent au chômage et manifestent pour obtenir des droits que leur refuse le gouvernement. La violence s’accroît. Du fait de l’augmentation brutale du nombre de chômeurs, les Assedic sont dans le rouge. L’Etat accorde une aide financière exceptionnelle et se retrouve en déséquilibre budgétaire. Bruxelles donne à la France deux ans pour redresser son budget. Au bout de deux ans, la France est retirée des pays membres de l’Union Européenne car ne respectant plus les conditions d’équilibre budgétaire prévues dans le traité de Rome. L’euro n’a plus cours, le pays se retrouve sans monnaie. Les frontières sont fermées, le cannabis n’arrive plus d’Espagne. Les consommateurs compensent et les ventes de tabac augmentent, en même temps que les cancers. Le système de santé est débordé, le
pays est au bord de la guerre civile.

Cliché n°11: les animaux ne souffrent pas.

On voit des chats à trois pattes et des chiens écorchés se balader tranquillement dans les rues. L’humain étant un animal, on voit également des gens vaquer à leurs activités avec les deux jambes brisées, la main arrachée, où encore un œil percé (conséquences sur l’industrie pharmaceutique des antidouleurs: voir cliché n°10).

L’industrie des films d’horreur perd peu à peu de son charme et fait faillite. Les acteurs se reconvertissent dans le porno trash. Les acteurs du groupe «obèse, poilu et très vicieux» se plaignent de la concurrence déloyale des morts-vivants.

Cliché n°12: l’homme est fait pour manger de la viande.

Les hommes se voient pousser des canines pointues de cinq centimètres de long pour mieux déchirer la viande. La mâchoire devient mobile uniquement verticalement. La communication verbale devient difficile. Les femmes se ruinent en vernis à ongles pour leur griffes rétractibles de dix centimètres de long. Les capacités olfactives se développent pour faciliter le repérage des proies et permettent par la même occasion la reconnaissance olfactive des personnes. La Police nationale n’a plus besoin de demander les papiers.

C’est bête les clichés!