• Offensée Professionnelle

    Commentaires pré-rédigés pour éviter de la fatigue aux
    commentateurs :

    -c’est un truc de citadins, si tu étais de la campagne tu
    dirais pas ça/Ne pas vouloir qu’on tue les animaux est truc de bobo Parisien

    -moi je connais un petit éleveur qui traite bien ses animaux/l’élevage
    industriel, c’est quand même pas pareil que les petits élevages traditionnels
    bio respectueux de l’animal chez mon papy à la campagne

    -quand on voit les difficultés financières des éleveurs, c’est
    irrespectueux de la part des vegans d’en parler comme ça/les vegans ne respectent
    pas les luttes sociales

    -protéines/extrémiste/sensiblerie

    • « Commentaires pré-rédigés pour éviter de la fatigue aux
      commentat-roll-eurs » 😉

  • Loukia Blue

    C’est comme si les gens pensaient que le personnage de la sorcière dans Hansel & Gretel, c’est la gentille de l’histoire…
    Merci encore pour cet alliage réussi d’humour et de raison.

    • IV

      Alors qu’elle veut tuer les enfants pour de bones raisons puisque c’est pour les manger! tuer pour manger c’est pas pareil!!

  • liligondawa

    Super article qui met en lumière une absurdité verbale récurrente.
    Il manquerait juste un petit lapin de plus 😉

    • IV

      Mais j’en ai déjà rajouté un!!

  • Loïc Le Goanvic

    Bonjour, ne voyez rien d’offensant dans ce qui va suivre, mais je me demandais s’il était possible que vous m’éclairiez sur quelques points !
    Je me demandais en effet pourquoi, sur un sujet « grave » comme celui de l’élevage, vous vous permettiez d’utiliser un raisonnement binaire, assez bête quand on réfléchie deux secondes. Quand vous parlez de « l’amour des éleveurs pour leurs bêtes » vous dites exactement qu’aimer c’est se mettre à la place de l’autre et se demander ce qu’il aime. Or on n’est pas ici sur une relation amoureuse. On peut aimer des fleurs sans avoir à se mettre à la place de la fleur. On peut aimer son enfant sans réaliser ce qu’il aime à chaque instant (« ah tu n’aimes pas l’école? Bon on va appeler ta maîtresse, tu arrêtes l’école au ce2 alors ! »). Vous aurez compris où je veux en venir, ça ressemble à de la manipulation de l’information, comme souvent utilisée par les médias « les éleveurs tuent, ce sont donc des monstres sans coeur ».
    Voilà donc une nouvelle question, pourquoi s’en prendre aux éleveurs directement ? Autant attaquer les grandes industries agro alimentaire qui eux, sont vraiment sur un plan business et s’en foutent, depuis leurs bureaux, des animaux abattus, autant faire une généralité sur des éleveurs qui n’ont rien demandé à personne, je trouve ça un peu dur !
    Si vous n’êtes pas de la campagne vous ne vous êtes surement pas posée la question de « pourquoi ils sont devenu éleveur ? », et pour vous j’ai une réponse, qui n’est pas universelle, mais qui reflète une grande quantité des éleveurs : ce sont des gens, pour la plupart, simple, travailleur, qui ont eux même grandi à la campagne et qui ont arrêté l’école jeune soit pour aider leurs parents, par dégoût de l’école, ou par l’amour de leur proximité avec la nature (on n’a pas ça en ville il faut l’admettre !). Ils sont donc sans aucune autre qualification, ne roulent pas sur l’or, et ne cherchent (encore une fois pour la plupart) de noises à personne.
    J’espère qu’il n’y a pas eu de malentendu, ce n’est pas un conflit que je cherche, mais juste à savoir pourquoi attaquer des gens qui n’ont rien demandé à personne sur le fait qu’ils aiment leurs bêtes avant de les vendre (comme un medecin est très souvent ému par un patient qui mourrait après des mois/années de consultation).

    • IV

      Pour la question de l’amour, il y a plusieurs façons d’aimer, quand on est amoureux, on peut avoir des relations sexuelles, aimer ses enfants implique de leur fournir de quoi subvenir à leurs besoins physiques, affectifs, etc, aimer ses amis implique de passer du temps avec eux, et aimer les animaux, c’est les tuer. Il y a un intrus. Parmi les formes d’amour que j’ai citées la plupart sont positives, mais une implique de faire du mal à l’individu qu’on dit aimer.

      Ensuite, pourquoi ne pas attaquer UNIQUEMENT les grandes industries agroalimentaires? Parce que l’élevage en soi est un problème, comme expliqué dans l’article. Les grandes industries font pire, mais ça ne veut pas dire que les petits élevages sont acceptables.

      Sur « être de la campagne ou pas », il faudra que je fasse un article là-dessus. Il y a une idée reçue qui dit que les vegans sont des bobos parisiens et que les ruraux sont tous pro-élevage pro-chasse (sympa…). Or moi je pense que les idées qu’on a découlent de notre raison et pas de notre lieu de vie (sondage: tu penses que je suis de la campagne ou de la ville ?).

      Pour la comparaison avec le médecin, c’est intéressant: un médecin peut être triste de la mort d’un patient, mais en aucun cas il ne cause volontairement sa mort, comme l’éleveur cause la mort des animaux.

      Tu dis aussi que l’éleveur ne cherche de noises à personne: et les animaux qu’il envoie à l’abattoir???? Il ne leur cherche pas des noises peut-être ?

      Pour terminer je dirai que je n’ai rien contre les éleveurs…je veux juste qu’ils changent de métier.

      • Paulie

        Je me permet de réagir à la phrase / logique : Vegan =/= campagne, je suis Vegan depuis mes 20 ans (végétarienne depuis mes 16ans) pourtant j’ai grandi a la campagne (en fait j’ai toujours vecu a la campagne d’ailleurs) et je suis petite fille d’agriculteur… la question de l’éducation me laisse pantoise par ailleurs, certains de mes voisins ont du faire 5 à 6 années d’études pour reprendre la ferme familiale, l’excuse du manque d’éducation me semble bien facile tout en étant bien réductrice du coup. Et puis franchement « l’amour » de l’agriculteur à ses « bêtes » j’ai beau vivre dans ce milieu je la vois nulle part, à part peut être une caresse sur la tête d’une vache de ci de là mais de la à appeler ça de l’amour.

      • IV

        Je suis du même avis que toi.

    • Elisabeth B

      Aimer pour l’autre ou pour soi, c’est toute la différence point barre.
      Comment ça « les éleveurs n’ont rien demandé à personne ? » Est-ce qu’ils ont demandé leur avis à leur bête ? Le médecin ne fait pas exprès normalement de tuer son patient contrairement à l’éleveur (on n’a pas la haine juste contre lui, on voudrait que les gens prennent conscience de ce qui se passe, de ce qu’ils font en arrêtant de se voiler la face). Ne pas faire le rapprochement entre le steak et l’animal abattu, les psys appellent ça de la dissociation cognitive ;
      Mais j’avoue que je suis un peu perdue sur la finalité de vos propos…

      • IV

        Moi aussi, ça semblait un gloubi boulga de bonnes intentions, mais ça manquait de logique. Dans la journée je me suis surprise à me demander ce qui avait pu pousser cette personne à penser qu’il était adéquat de comparer un éleveur (dont le but est que l’animal meure)à un médecin (dont le but est que le patient ne meure pas). Je pense que les gens partent de très loin dans la compréhension de ce qui arrive aux animaux. Et sur ce blog j’ai parfois l’impression d’énoncer des évidences,mais je vois que c’est loin d’être clair pour tout le monde.

  • IV

    D’après Florence Burgat, auteur de l’Humanité Carnivore, le but est surtout de tuer les animaux. Je ne peux pas rendre justice dans un simple commentaire à tout le travail de recherche qu’elle a fait, alors vu l’intérêt que tu sembles porter au sujet, je te conseille la lecture de son livre:

    http://www.seuil.com/ouvrage/l-humanite-carnivore-florence-burgat/9782021332902